/* FONT AWESOME */ /*BING VERIFICATION*/ /*GOOGLE VERIFICATION*/

Interview François Guilbert

Ex-Athlète de Haut Niveau en Judo, conférencier et consultant sportif.

francois guilbert, ex-athlète de judo

Bonjour François, ravie que tu aies répondu présent pour cette cette rencontre. Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Oui, bien sûr,  je m’appelle François GUILBERT. Père de famille, j’accompagne les personnes, dans l’accomplissement de leur projet de vie. Le fil conducteur de ma méthode de coaching est axée sur la « prophylaxie ». Nous en parlerons au fil de l’interview.

François, après avoir commencé la pratique du Judo, au cœur de ta famille, quel a été ton parcours dans cette discipline d’origine ancestrale devenue sport olympique ?

Mon parcours d’athlète judoka est marqué par le fait d’avoir  touché du doigt”  le sport de haut niveau, au titre de partenaire d’entraînement des équipes de France olympiques, notamment lors des Jeux Olympiques de Sydney 2000 (Australie). Cette époque est celle de l’apogée de David DOUILLET, de Djamel BOURAS, de Stéphane TRAINEAU, de Ferrid KHEDER, entre autres…

J’ai effectivement commencé, dès mon plus jeune âge, mon éducation martiale, de judoka et de jujitsuka, au cœur de ma famille. Mes parents sont tous 2 professeurs de judo et également créateurs du JUDO CLUB MAMERTIN (situé dans la Sarthe).

J’ai rapidement développé un goût prononcé non seulement pour la pratique du judo en compétition, mais également pour l’étude de l’essence de la voie (le DO ou encore le TO ou le TAO) qui est enseignée dans l’enceinte du DOJO 道 場 (le lieu où l’on étudie la voie).

Mon parcours m’a mené à évoluer au sein du DOJO BRESTOIS (WATANABE DOJO) tout en restant licencié dans mon club familial d’origine. Puis j’ai signé au CERCLE PAUL BERT DE RENNES JUDO tout en perfectionnant ma pratique en PÔLE FRANCE JUDO.  Au cours de mon service national, je suis devenu membre du BATAILLON DE JOINVILLE. Par la suite, j’ai signé au PARIS SAINT GERMAIN JUDO…

Mon cursus sportif est fortement imprégné par l’enseignement que j’ai reçu, à plusieurs étapes importantes de ma vie:

– à l’INSEP ( institut national des sports, de l’expertise & de la performance),

– au centre national de l’EIS (école interarmées des sports)  et au temple de l’INJ (institut national du judo).

Effectivement, c'est un sacré parcours d’athlète de Haut Niveau , peux-tu nous donner quelques lignes de ton palmarès de Judoka , catégories – 95kg et – 100kg ?

Oui, voici mon palmarès en quelques points :

• Partenaire d’entraînement des équipes de France olympiques de judo aux J.O de Sydney 2000 (Australie)

• Classement ministériel athlète sportif de haut niveau de 1993 à 2002

• Multiple sélection aux jeux mondiaux et aux championnats du monde militaires.

• Podium aux championnats d’Europe militaire (2005).

• Multiple podium aux championnats de France universitaires (en individuel & par équipe).

• Membre de l’équipe de France militaire de 1999 à 2006.

En parallèle à ta carrière sportive internationale, tu décides d’investir ton temps pour réaliser ce que tu appelles ton “triple projet de vie”, sur 3 axes de valorisation : sportif, diplômant et professionnnel. Quelle voie décides-tu de prendre ?

En préambule, j’ai tout de suite compris que la pratique du “sport de haut niveau” appelé dans le jargon “sport amateur” est plutôt, de mon point de vue, une activité professionnelle à plein temps :

  1. exercée à titre bénévole,
  2. qui comporte à la fois des risques de blessure corporelle et de désinsertion sociale.

Par conséquent, en simultanée de ma carrière sportive, j’ai investi de mon temps pour concrétiser, par moi même, mon triple projet de vie (ouvert à l’international) qui comprend la valorisation simultanée optimale :

  1. de mon parcours sportif,
  2. de mon cursus diplômant,
  3. et de ma carrière professionnelle.

Passionné de biologie, dans la continuité d’une spécialité en génie biologique appliqué à l’environnement, j’ai décroché un diplôme de master de biologie en sciences de la vie & de la terre. Par la suite, j’ai suivi un cursus de master de sport en sciences et techniques des activités physiques & sportives .

Dans ma carrière sportive, mon cursus universitaire, en biologie et en sport, a grandement éclairé ma vision globale de la performance, de la préparation, de la résilience et de la réalisation de soi. Par exemple, mes connaissances acquises en matière d’anatomie et de physiologie de l’organisme se sont avérées extrêmement utiles dans la construction de mes programmes d’entraînements. Concrètement, j’applique dans ma vie et je partage avec mon entourage, ce que j’ai appris et ce que je continue d’apprendre encore maintenant.

Aujourd’hui, dans ma progression, je relève un nouveau défi avec le sujet de mon étude de recherche en thèse doctorale, qui traite de prophylaxie, et que j’aimerais d’ailleurs te présenter, un jour, plus en détail.

Avec plaisir ! On remarque que tu as cette griffe de ce guerrier japonais toujours en quête de challenges, de développement , d’enseignement au fil du temps. De manière générale, la pratique du sport de haut niveau et tes missions dans l’unité des forces spéciales t’ont appris à gérer tes blessures. Quelle a été ta ligne de conduite ?

Concrètement, à mon échelle j’ai effectivement appliqué, développé et enseigné, au fil du temps et de mes missions, une approche méditative avec pour fil conducteur ma vision de la prophylaxie, au sens que je lui donne, c’est à dire :

  1. protection de l’intégrité corporelle,
  2. préservation de l’organisme,
  3. et prévention des blessures.

A mon niveau, j’ai décidé de mettre en lumière et de partager mon retour d’expérience, sur ce que j’ai mis en œuvre qui m’a permis d’augmenter : ma capacité de réponse, ma qualité d’adaptation, mon niveau d’autonomie,  ma faculté de résilience, mon instinct de survie, mon aptitude au discernement, ainsi que l’ensemble des solutions spécifiques que j’ai déployées en pratique dans ce sens.

Au résultat, je dispose, à présent, d’un panel d’ateliers modulables à souhait et adaptable à discrétion, en fonction des besoins et des capacités de chacun.

D’ailleurs, en réponse directe à ta question et au delà de cette explication, je te propose de passer à l’action en testant ma méthode personnellement en pratique, si tu veux.

Effectivement, au vu de la paralysie de mon pied suite à mon AVC, je suis ouverte à toute expérience permettant d’équilibrer la santé. Comme toi François, j’ai tellement le goût du challenge, que je construis moi-même des programmes de réparation adaptés à mes besoins. Quelles ont été tes adaptations ?

Pour ma part, j’ai été blessé de nombreuses fois tant dans ma carrière sportive que militaire. À chaque fois, j’ai pris le temps nécessaire à ma propre réparation, en construisant moi même mes programmes de “réathlétisation”, que j’ai adapté à la mesure de mes besoins et de mes capacités du moment. De toutes ces expériences personnelles vécues en matière de gestion de blessures, j’observe, dans mon cas, qu’elles m’ont permis de développer ma capacité de résilience.

Je pense que l’arrêt vasculaire cérébrale (AVC), l’arrêt cardiaque ou encore les fractures dites “de fatigue” (entre autres) sont des exemples de risques inhérents au surentraînement sportif ou au fameux fourre tout nommé “burn out”. De mon point de vue, l’idéal est de se connaître suffisamment soi même pour prévenir ce risque de blessure en amont. Et dans le cas contraire, lorsque le risque survient (et que la personne est encore en vie), effectivement je pense qu’il est important de réviser le contenu, l’intensité et le volume de son programme de « réathlétisation ». Dans ce cas précis certains sont en capacité de le faire par eux même et d’autres non. En ce sens, je comprends que tu as réussi à développer ton instinct créatif et que ça fonctionne, alors tant mieux parce que la vie est précieuse.

François, à qui s'adresse ton accompagnement ?

À titre individuel ou collectif, mon service d’accompagnement de personne sur mesure s’adresse à tout public (particulier, entreprise privée & publique, filière sport olympique & paralympique, personnel de l’unité des forces spéciales et secteur aéronautique & aérospatial)

Plus spécialement, je m’oriente vers la direction de « réathlétisation » d’athlète ou de sportif ou d’adulte ou d’enfant blessé à la suite d’événements de vie, d’accidents de parcours… Cette orientation spontanée est en lien avec mon engouement pour la gestion de blessure, couplé à la force de mon expérience professionnelle. D’ailleurs, Béatrice, notre connexion actuelle en est la preuve.

François, tu es toujours en quête d’apprentissage, d’enrichissement pour les autres et tu deviens coach au sein de la cellule sport de combat du GIGN, peux –tu nous donner les grandes lignes de cette formation unique mise en place ?

Oui, dans les grandes lignes, cette aventure est un accomplissement personnel & professionnel, j’ai naturellement pris la place de responsable de la cellule sports de combat au sein du GIGN.

Au départ, je suis parti de mes bases qui sont celles du judo et du ju jitsu (ou ju jutsu). Dans la foulée, j’ai rapidement intégré les options possibles offertes par le ju jitsu brésilien, le grappling, le krav maga, le mixed martial arts (MMA), le combat corps à corps, la boxe, de la self défense individuelle et collective, ainsi que de l’intervention professionnelle spéciale GIGN.

Au résultat, j’ai créé une méthode innovante et évolutive de self défense individuelle et collective. En concertation avec mes prédécesseurs, j’ai non seulement restructuré la cellule sport de combat, mais également constitué une équipe de travail et de formateurs en coopération avec des intervenants extérieurs. Dans le cadre de ce service, j’ai conçu, piloté, et développé une méthode unique de formation, à fin d’en assurer la continuité, la relève, et la pérennité au sein de cette force d’élite de la gendarmerie, ainsi qu’auprès de mes homologues en France et à l’étranger. Reconnue officiellement par le GIGN, les fondations de cette méthode sont celles du judo appliquées aux spécificités de la réalité opérationnelle du métier, du terrain et des élèves .

Fort de tes compétences, tu décides de t’orienter d’une part dans la formation de cadres sécurités civiles, et d’autre part de proposer des accompagnements personnalisés tout public fondés sur 3 piliers de l’échelle de vie : la connaissance de soi, la régulation émotionnelle et l’entretien corporel.

Tu es diplômé de l’Institut Supérieur Maria Montessori, tu travailles aussi en école avec les enfants pour les initier à la découverte des sciences et de la culture sport, sujets d’actualités à ce jour au sein de nos instances politiques, sur l’importance de la culture sport au cœur des établissements scolaires, suite aux jeux olympiques de TOKYO 2021.

Sur ton site www.dosport.net, tu présentes ton parcours et tes prestations , Que dirais-tu à un athlète de haut niveau en cours de carrière sportive ?

Où qu’il en soit au cours de sa carrière sportive, j’aimerais dire à un athlète  :

  1. Prends ton temps mais dépêche toi
  2. Débrouille toi comme tu peux mais fais le
  3. Prends soin de toi et de ta famille
  4. Avance à ton rythme en harmonie avec ton environnement
  5. Assure ta gestion de carrière et ta gestion administrative
  6. Quel est ton outil de travail principal ?
  7. Médite sur le sens que tu donnes à prophylaxie
  8. Médite sur le sens que tu donnes à cette locution latine : MENS FERVIDA IN CORPORE LACERTOSO
  9. Quelle est ta valeur monétaire ?

    Merci François, peux-tu nous donner un mot de fin ?

    Oui, je souhaite, à toi Béatrice et à tous ceux qui prennent le temps de lire ces quelques mots :  BONNE CHANCE DANS LA VIE.

     

    Merci également à toi Béatrice. En bonus je donne également en lecture ce poème, dont l’auteur s’appelle Yosa Buson (né en 1716 et décédé en 1783) :

    “Soir de printemps

    De bougie en bougie

    La flamme se transmet.”

     

      Nous sommes sur la même vision du coaching : Authenticité ! Libérer sa conscience ! Équilibrer sa vie ! Accepter ses échecs ! Harmoniser son esprit à son corps ! Merci François, de ta confiance et participation active au dispositif « Authentic Culture Sports »

      Interview Alexandre Camarasa, ancien athlète de water polo travaillant a KPMG

      Coordonnées

      " J'aime mon équilibre instable entre sagesse et folie, parce que ça me rend sacrément vraie."

      Coordonnées

      " J'aime mon équilibre instable entre sagesse et folie, parce que ça me rend sacrément vraie."

      © 2021 - Mentions légales - Réalisé par Hally